Bienvenue sur Kate Winslet France, votre source française sur l’actrice oscarisée. Vous trouverez ici toute l’actualité de Kate, de ses projets à ses films, ainsi qu’une multitude de photos et vidéos. N’hésitez pas à profiter de tout notre contenu et à nous rendre visite très souvent!
19.11

Ce jeudi 19 novembre 2020, le site Collider a publié une entrevue exclusive avec Kate Winslet. Découvrez l’article traduit intégralement par Kate Winslet France.

« Le Jim Cameron d’Avatar est plus calme. Je dirai qu’il est juste beaucoup plus en harmonie avec lui-même. »

Le drame biographique Ammonite, écrit par le scénariste/réalisateur Francis Lee, raconte l’histoire de la paléontologue Mary Anning (Kate Winslet), dont le travail solitaire de recherche et de préservation des fossiles sur la brutale côte sud de l’Angleterre, à Lyme Regis, dans les années 1840, conduit à une rencontre avec une jeune femme envoyée en convalescence par la mer. Charlotte (Saoirse Ronan), qui se remet d’une tragédie personnelle qui l’a laissée se sentir à la fois seule et déconnectée de son mari, développe avec Mary une relation intense qui les fait se sentir moins seules.

Au cours de cet entretien téléphonique individuel avec Collider, Kate Winslet, lauréate d’un Oscar, a parlé de la rapidité avec laquelle elle a su qu’elle voulait faire partie de ce film, des raisons pour lesquelles elle voulait travailler avec le réalisateur Francis Lee, de ce qui l’a impressionnée chez Mary Anning et de la différence que cela faisait de pouvoir s’exprimer dans ses scènes de sexe avec Saoirse Ronan. Elle a également parlé de sa rencontre avec le réalisateur de Titanic, James Cameron, pour rejoindre le monde d’Avatar, et de ce que c’est que de tourner des scènes sous l’eau.

COLLIDER : Vous avez fait un travail formidable dans ce film. Merci d’avoir mis en lumière Mary Anning et son travail de paléontologue.

KATE WINSLET : Merci. C’était un film merveilleux auquel j’ai participé et c’est très excitant que les gens le voient maintenant, malgré tous les défis à relever. Cela fait du bien de pouvoir en parler ainsi.

J’ai lu que vous vous étiez engagé à faire le film 12 heures après avoir lu le scénario. Est-ce quelque chose de typique pour vous? Avez-vous déjà fait cela si rapidement auparavant, ou est-il rare que vous vous intéressiez si vite?

WINSLET : Pour être honnête avec vous, il est rare que je dispose d’une fenêtre immédiate lorsque je suis capable de m’asseoir et de lire quelque chose d’un seul coup dès que je le reçois. C’est l’écriture du scénario par Francis Lee et Seule la terre, que j’avais adoré, qui m’ont vraiment fait réagir si rapidement. Mais j’étais en train de filmer autre chose et mon agent m’avait téléphoné pour me dire: « Ecoute, je sais que c’est difficile pour toi de lire quand tu travailles sur un autre projet mais c’est vraiment incroyable. C’est une histoire très importante. Et j’ai juste besoin que tu la lises dès que possible. » J’ai juste pris ces mots très au sérieux et j’ai décidé, à ce moment-là, « Tu sais quoi ? Je vais juste rester debout et la lire, même si je dois aller me coucher et que je dois me lever à 5 heures du matin pour aller travailler le lendemain. Et puis merde. » C’était de Francis Lee. Il avait également écrit le scénario et j’étais tellement excité de recevoir un script d’un cinéaste que j’admirais, qui ne faisait des films que depuis quatre ans et qui était acteur. C’est une personne tellement intéressante, riche et créative, issue de la classe ouvrière, et un cinéaste improbable. Je suis toujours très intrigué par les personnes qui ont fait leur chemin, qui ont relevé de nombreux défis personnels et qui se sentent assez courageux pour se mettre en scène et raconter des histoires au cinéma. C’est une combinaison de toutes ces choses qui m’a fait m’asseoir et prêter attention tout de suite.

Avec tout ce que vous avez appris sur Mary Anning, en faisant ce film et avec toutes vos recherches, qu’avez-vous appris à apprécier chez elle?

WINSLET : Il y a évidemment beaucoup de choses que j’ai appris à apprécier chez Mary Anning, mais la seule chose que je peux dire, c’est que Mary était incroyablement peu loquace. Même si elle a vécu cette vie terriblement pauvre, très difficile, elle avait toujours une passion incroyable pour ce qu’elle faisait pour gagner sa vie. Elle savait qu’elle vendait ses fossiles à des hommes riches et puissants qui n’étaient pas aussi intelligents qu’elle. Elle savait qu’elle n’était pas créditée pour ces découvertes. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, Mary n’est jamais devenue amère ou rancunière ou en colère. Elle était très compatissante. Elle était extrêmement sage. Elle a partagé ses connaissances avec ces hommes et ces scientifiques qui lui demandaient quotidiennement ce qu’elle avait trouvé et quel serait le bon endroit pour aller creuser et chercher. Elle était une ressource pour ces gens et elle a donné son savoir librement et ouvertement. Elle était tout simplement un être humain bon et gentil. Pour moi, c’était quelque chose que je gardais en tête. Il aurait été facile de la jouer en colère, étant donné la construction de l’histoire et le moment de sa vie raconté dans l’histoire. Elle est fatiguée et pauvre, et elle n’a pas du tout de perspectives d’avenir. Elle continue pour le bonheur de sa mère, mais elle a pu ressentir de la compassion et montrer une affection et une attention extraordinaires pour Charlotte alors que celle-ci est en train de mourir. Sans Mary, Charlotte n’aurait pas survécu. C’était vraiment important pour moi que nous puissions voir ce côté très compatissant de Mary Anning car, en vérité, il a vraiment existé et c’est ce qui m’a le plus impressionné chez elle. Elle était ce cheval de bataille stoïque et sans plainte d’une femme qui ne s’arrêtait jamais. J’admire les femmes comme ça en général.

Parce que vous avez eu votre mot à dire sur la façon dont les scènes de sexe se dérouleraient et ce qu’elles seraient, quelle différence cela fait-il sur le plateau lorsque vous êtes capable de diriger et de contrôler la façon dont ces scènes sont chorégraphiées?

WINSLET : Eh bien, c’est beaucoup plus amusant quand on peut s’engager dans quelque chose avec quelqu’un du même sexe, très honnêtement. Le niveau d’égalité que vous ressentez a été surprenant pour moi. J’ai presque honte d’admettre que j’ai été surprise de constater à quel point nous nous sentions tous les deux en sécurité. Bien sûr, nous allions nous sentir en sécurité et, bien sûr, nous allions nous sentir égaux, mais il y avait tellement d’égalité, de liens et de respect. C’était tout simplement merveilleux de partager cela avec Saoirse [Ronan] et je me suis demandé à quel point j’ai utilisé ma voix dans le passé. J’ai toujours eu l’impression de l’avoir fait, mais cela m’a certainement fait prendre du recul et me demander si je suis prête à me laisser aller aux stéréotypes conventionnels, car il est devenu si facile de les effacer. Tout était simple et connecté. Nous voulions être fidèles aux personnages, à leur relation et à la puissance de ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre, et aussi montrer l’intimité entre ces deux femmes, sans peur, sans hésitation et sans secret. Il était important pour nous de respecter ces éléments de leur relation, en particulier compte tenu de la période dans laquelle se déroule l’histoire. C’était tellement rempli de joie, honnêtement. C’était tout simplement merveilleux.

Nous avons récemment pu voir une photo de vous sous l’eau sur le plateau d’Avatar. Comment le James Cameron qui réalise les suites d’Avatar se compare-t-il au James Cameron avec lequel vous avez travaillé sur Titanic?

WINSLET : On a tous vieilli. Je repense à Titanic et ce n’est pas un secret, le tournage a été très difficile. C’était très, très stressant et les choses étaient difficiles pour toutes les personnes impliquées. Quand je pense à ce que Jim a traversé: des semaines de six jours, pour un tournage de sept mois et demi, dont quatre mois et demi de nuit – sais que c’était dur pour nous, les jeunes acteurs. Mais je peux aussi prendre du recul, et avec ce recul, je comprends mieux ce qu’il essayait de faire et le niveau de pression auquel il était soumis, et du coup, j’ai encore plus de respect pour lui aujourd’hui. Le Jim Cameron d’Avatar est plus calme. Je dirais simplement qu’il est beaucoup plus en phase avec qui il est vraiment. C’est grâce à l’expérience. C’est aussi parce qu’il a déjà fait Avatar, il connaît donc ce monde et il connaît ces personnages. Il a inventé cette façon de filmer. Il y a un niveau de confiance qui l’a ancré dans un lieu beaucoup plus confortable, juste pour lui. Il a brillamment collaboré sur Avatar, honnêtement. J’ai été impressionné par le temps qu’il laisse aux acteurs pour se balader sur une scène, si elle ne leur semble pas parfaitement adaptée. Il est évident que la sécurité devait passer en premier. Si le monde s’effondre, qu’on se met tous à prendre feu et qu’à tout moment, une autre pandémie éclate, je peux vous dire avec la main sur le cœur qu’une des personnes avec lesquelles je voudrais être dans un bunker, c’ est James Cameron. Je me suis sentie très bien en travaillant avec lui. Je suis tellement excitée pour Avatar. Je n’avais pas réalisé qu’il y avait une photo de moi sous l’eau. C’est drôle. Est-ce que je porte mon costume argenté avec mes bobs sur moi?

Vous avez ce truc en forme d’aile. C’est une photo très cool.

WINSLET : C’était incroyable. C’est vrai, je marchais au fond du réservoir. C’est une importante séquence cérémonielle avec ces ailes énormes et lourdes. C’était assez effrayant. Mais, quand vous pouvez retenir votre respiration pendant sept minutes, vous n’avez plus peur. En fait, bizarrement, j’ai pu compter sur ma propre capacité à retenir ma respiration aussi longtemps. D’une certaine manière, je n’avais pas peur du tout. Et c’était tellement sécurisé sous l’eau. Il y avait deux plongeurs de secours pour chaque interprète et pour chaque caméra sous-marine. Il y avait tellement de gens dans ce bassin. Je me sentais probablement plus en sécurité là-bas que sur la terre ferme. J’ai trouvé le tout incroyablement apaisant. Il y avait quelque chose de très méditatif pour moi, et pourtant je ne médite pas. Je n’arrive pas à éteindre mon cerveau. Je suis trop occupée. J’adore faire du yoga, mais je ne peux en faire qu’environ 25 minutes, après je fais des listes, je m’ennuie et je dois m’arrêter. Mais d’une certaine manière, apprendre à retenir sa respiration a été une des choses les plus apaisantes que j’ai jamais faites, parce qu’il faut ralentir son corps. En fait, il faut baisser son rythme cardiaque pour pouvoir oxygéner son corps et ensuite retenir sa respiration un long moment. Donc, je n’avais pas d’autre putain de choix que d’arrêter de bouger, ce qui n’est pas habituel pour moi.

Ammonite est actuellement au cinéma.

Écrit par Christina Radish
Traduit par L’Équipe de KWFR

Vous aimerez peut-être aussi lire

Commentaires





Kate Winslet France est un site fait par des fans pour les fans et a pour objectif de partager les nouveautés sur l’actrice Kate Winslet. Nous n’avons aucun contact avec l’actrice, sa famille ou ses agents. Tout article, vidéo ou image publié sur ce site est protégé par les droits d'auteur de ses propriétaires respectifs, ainsi que tout notre contenu produit, édité, traduit et sous-titré doit être crédité chaque fois qu'il est reproduit sur un autre site. La copie totale ou partielle de ce site ainsi que de cette mise en page est interdite. En savoir plus sur notre politique de confidentialité en cliquant ici.